Le Chautay un village à la campagne, avec le canal de Berry et la rivière l’Aubois

  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay
  • Le Chautay

Accueil du site > Commune > Présentation de la commune

Présentation de la commune

Le territoire du Chautay , d’une superficie de 1 474 hectares, est situé sur le Val d’Aubois à l’extrémité Est de la Vallée de Germigny. C’est traditionnellement une zone d’élevage de bovins charolais et de moutons berrichons. Une partie significative du territoire est couverte de forêts principalement de taillis de charme sous futaie de chênes exploités rationnellement.

La commune inclut également plusieurs étangs où était pratiquée jusqu’à une époque récente de la pisciculture tant que la prolifération d’espèces nuisibles aux poissons mais protégées (cormorans, hérons, aigrettes blanches) ne ruinent cette activité. Sur le territoire de la commune comme sur celui d’autres communes voisines a eu lieu une activité sidérurgique : extraction de minerai de fer, de castine, production de charbon de bois, fabrication de fonte dan les deux hauts fourneaux des Réaux et de Mauregard dont il reste les ruines. L’activité s’est arrêtée progressivement dans la deuxième moitié du XIXème siècle et définitivement en 1882. Ceci a entraîné une baisse de la population qui est passée de 800 habitants au milieu du XIXème siècle à 300 habitants au début du XXème siècle. La population reste assez stable depuis.

La commune est née de la paroisse du Chautay à la Révolution. La paroisse est connue depuis le règne de Charlemagne. Le territoire de la commune a été le plus longtemps rattaché au Nivernais, et à de courtes périodes à la Bourgogne avant de l’être au Berry lors de la création de la commune. Elle a été le siège d’une délégation de chanoines d’Orléans. Leur présence est connue depuis l’ère de Charlemagne jusqu’à la Révolution. Leur implantation locale se justifiait par le contrôle de l’extraction des pierres, notamment des carrières d’Apremont destinées à la construction de la cathédrale d’Orléans et qui pouvaient être transportées sur la Loire ou l’Allier.

La commune possède une Eglise romane du XIIème siècle d’une grande simplicité ce qui la rend belle. Une nef unique à entraits apparents, un cœur sous transept que surmonte un clocher modifié en 1670) et une abside demi-circulaire. Le clocher abrite deux cloches, descendues et fondues à la Révolution lorsque l’église est devenue bien national. Rachetée par le Vicomte de Montsaulnin, l’Eglise a été restaurée, les cloches refondues et remontées.

Les chanoines d’Orléans avaient fait construire une belle maison, remaniée au XVème siècle qui existe encore. On trouve également sur le territoire deux châteaux l’un datant de XVIème étendu au XIX et XX ème siècle, un deuxième construit vers 1850. Il existe également dan le parc du château des Réaux, les ruines transplantées là au XXème siècle de l’ancienne église gothique de Patinges, ruines reconstruites dan la tradition romantique de ce siècle.

Un moulin à eau construit au XVIIIème siècle et remanié au XIX ème a cessé son activité vers 1965.Transformé en habitation ,il est utilisé. La commune est traversée par le canal de Berry dont l’emprise vendue en 1957 par l’administration des Voies Navigables a été rachetée par la commune. Les bords du canal sont peu à peu aménagés dans un superbe parcours de randonnées à pied, à cheval, à bicyclette, en continuité avec le parcours sur les autres communes.



Dans la même rubrique

Site réalisé en SPIP pour l'AMRF